À mesure que vos enfants grandissent, ils ressentent davantage le besoin d’exprimer leurs émotions et de parler de ce qu’ils ressentent. Nous les parents sommes les mieux placés pour les aider dans cet exercice pour le moins peu évident. En tout cas, certains enfants se sentent mal à l’aise d’en parler avec son professeur ou même leurs amis.

Comment communiquer avec ses enfants ?

Une communication ouverte et honnête

Une communication ouverte et honnête avec votre enfant est primordiale . Elle lui simplifie grandement la tâche, notamment quand il a besoin de vous parler de choses très importantes.

L’écoute est un des piliers d’une communication ouverte et honnête. En étant à l’écoute, vous lui montrez que vous vous intéressez à lui. Votre enfant gagnera alors davantage confiance en lui et reconnaîtra sa propre valeur. Il ressentira le besoin de partager ses émotions avec vous. Votre relation avec lui n’en sera que développée et positive.

Une communication ne peut non plus être ouverte et honnête que lorsque vous lui accordez toute votre attention. Il s’agit alors de laisser tomber toute autre tâche (répondre au téléphone, aux courriels…).

En communiquant avec votre enfant, il est aussi important d’être attentif au non-verbal. En effet, les enfants ont tendance à s’exprimer à travers son attitude et ses gestes. Ils essaient de vous envoyer des messages. Soyez attentifs à ces regards détournés ou à une quelconque position de fermeture. Ceux-ci trahissent d’un certain niveau d’inconfort chez votre enfant.

Quelques éléments à prendre en compte

Afin d’établir une communication optimale avec votre enfant, quelques recommandations sont à suivre. Il vous faut en premier lieu un environnement calme, élément favorable à des échanges constructifs.

Le choix du bon moment est aussi primordial. Votre enfant sera plus disponible aux heures de repas ou lors de la routine du coucher. Il le sera beaucoup moins quand à l’heure de son émission préférée ou quand il est absorbé par ses jeux. Quand vous communiquez avec lui au bon moment, vous n’aurez même pas du mal à aborder des sujets sensibles.

La communication passe mieux aussi si vous êtes bref et clair. Il s’agit là de privilégier un niveau de langage adapté à son niveau intellectuel. Les mots simples et les phrases courtes seront les bienvenus. De cette manière, votre enfant n’aura pas du mal à comprendre votre message et les échanges positifs seront établis. Les longs sermons se révèlent souvent contre-productifs.

L’utilisation du « je » plutôt que le « tu » est aussi vivement conseillée. Votre enfant se sentira alors moins critiqué et n’aura pas tendance à se mettre sur la défensive. Il s’agit là aussi de lui fournir un bon modèle de communication : vous lui parlez de vos propres expériences et la manière dont vous avez utilisées pour surmonter un mauvais passe.

Enfin, adopter une attitude respectueuse. Cette démarche consiste à éviter autant que faire se peu de faire des reproches à votre enfant. La généralisation marquée par des mots comme « toujours » ou « jamais » sont aussi à bannir, dans la mesure du possible.